La parapharmacie à votre écoute 04 93 88 12 70
Humex Rhinite Allergique Jour Nuit Comprimés


Humex Rhinite Allergique Jour Nuit Comprimés

4.10 €

Quantité à ajouter au panier:

Description de Humex Rhinite Allergique Jour Nuit Comprimés :

Ceci est un médicament : lire attentivement la notice avant utilisation

Humex Rhinite Allergique Jour Nuit des laboratoires Urgo est un médicament sous forme de Comprimés pelliculés qui agit sur l’ensemble des symptômes des rhinites allergiques saisonnières (rhume des foins) ou non saisonnières (poils d'animaux, moisissures, acariens...), avec congestion nasale : sensation de nez bouché, écoulement nasal clair, éternuements à répétition, prurit nasal et/ou oculaire.

  • le comprimé jour contient un vasoconstricteur, la pseudoéphédrine pour déboucher le nez rapidement.
  • le comprimé nuit contient un antihistaminique H1, la cétirizine pour agir pendant 24h sur les autres symptômes de la rhinite allergique : éternuements, nez qui coule, démangeaisons oculaires et/ou nasales.

Destiné à l'adulte et à l'adolescent à partir de 15 ans, Humex Rhinite Allergique Jour Nuit Comprimés s’adapte à l’évolution de vos symptômes et à leur intensité, en dissociant les comprimés Jour qui agissent sur le nez bouché et le comprimé Nuit qui agit sur les autres symptômes de la rhinite allergique.

Conseils d'utilisation : 

Humex Rhinite Allergique Jour Nuit Comprimés est réservé a l'adulte (à partir de 15 ans). Le comprimé est à avaler avec un grand verre d'eau.

  • Adulte (à partir de 15 ans) : 1 comprimé Jour le matin, à renouveler si nécessaire à midi et au dîner et 1 comprimé Nuit le soir au coucher.

Ne pas dépasser la posologie maximale de 3 comprimés Jour et 1 comprimé Nuit par 24 heures. En l'absence d'amélioration au bout de 5 jours de traitement, il est nécessaire de prendre un avis médical. Le traitement ne doit pas être poursuivi, en raison de la présence de pseudoéphédrine.

  • Insuffisant rénal sévère : L'intervalle entre 2 prises sera au minimum de 8 heures.

Contre-indications : 

Ce médicament est contre-indiqué dans les situations suivantes :

  • Hypersensibilité à l'un des constituants du produit 
  • Chez l'enfant de moins de 15 ans.
  • En cas d'antécédents d'accident vasculaire cérébral ou de facteurs de risque susceptibles de favoriser la survenue d'accident vasculaire cérébral, en raison de l'activité sympathomimétique alpha du vasoconstricteur.
  • En cas d'hypertension artérielle sévère ou mal équilibrée par le traitement.
  • En cas d'insuffisance coronarienne sévère.
  • En cas de risque de glaucome par fermeture de l'angle.
  • En cas de risque de rétention urinaire liée à des troubles urétroprostatiques.
  • En cas d'antécédents de convulsions.
  • En cas d'allaitement (cf. Grossesse et Allaitement).
  • En cas d'altération de la fonction rénale due à la présence de cétirizine.
  • En association avec les IMAO non sélectifs en raison du risque d'hypertension paroxystique et d'hyperthermie pouvant être fatale (cf. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).
  • En association aux sympathomimétiques à action indirecte: vasoconstricteurs destinés à décongestionner le nez, qu'ils soient administrés par voie orale ou nasale [phényléphrine (alias néosynéphrine), pseudoéphédrine, éphédrine] ainsi que méthylphénidate, en raison du risque de vasoconstriction et/ou de poussées hypertensives (cf. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).
  • En association aux sympathomimétiques de type alpha: vasoconstricteurs destinés à décongestionner le nez, qu'ils soient administrés par voie orale ou nasale [étiléfrine, naphazoline, oxymétazoline, phényléphrine (alias néosynéphrine), synéphrine, tétryzoline, tuaminoheptane, tymazoline], ainsi que midodrine, en raison du risque de vasoconstriction et/ou de poussées hypertensives (cf. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).
  • L'association de deux décongestionnants est contre-indiquée, quelle que soit la voie d'administration (orale et/ou nasale): une telle association est inutile et dangereuse et correspond à un mésusage.
  • Ce médicament ne doit généralement pas être utilisé pendant la grossesse (cf. Grossesse et allaitement).

Mises en garde et autres précautions particulières d'emploi : 

En cas de fièvre élevée ou persistante, de survenue de signes de surinfection ou de persistance des symptômes au-delà de 5 jours, une réévaluation du traitement doit être faite.

Mises en garde :

1) En raison de la présence de pseudoéphédrine :

  • Il est impératif de respecter strictement la posologie, la durée de traitement de 5 jours, les contre-indications (cf. Effets indésirables).
  • Les patients doivent être informés que la survenue d'une hypertension artérielle, de tachycardie, de palpitations ou de troubles du rythme cardiaque, de nausées ou de tout signe neurologique (tels que l'apparition ou la majoration de céphalées) impose l'arrêt du traitement.
  • Il est conseillé aux patients de prendre un avis médical en cas d'hypertension artérielle, d'affections cardiaques, d'hyperthyroïdie, de psychose ou de diabète.
  • La prise de ce médicament est déconseillée en raison du risque de vasoconstriction et/ou de poussées hypertensives lié à son activité sympathomimétique indirecte avec les médicaments suivants (cf. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions) : IMAO-A sélectifs, Alcaloïdes de l'ergot de seigle dopaminergiques (bromocriptine, cabergoline, lisuride ou pergolide) ou vasoconstricteurs (dihydroergotamine, ergotamine, méthylergométrine ou méthysergide). En association avec le linézolide.
  • Des troubles neurologiques à type de convulsions, d'hallucinations, de troubles du comportement, d'agitation, d'insomnie ont été décrits, plus fréquemment chez des enfants, après administration de vasoconstricteurs par voie systémique, en particulier au cours d'épisodes fébriles ou lors de surdosages.
  • Par conséquent, il convient notamment : de ne pas prescrire ce traitement en association avec des médicaments susceptibles d'abaisser le seuil épileptogène tels que : dérivés terpéniques, clobutinol, substances atropiniques, anesthésiques locaux ou en cas d'antécédents convulsifs, de respecter, dans tous les cas, la posologie préconisée, et d'informer le patient des risques de surdosage en cas d'association avec d'autres médicaments contenant des vasoconstricteurs.

2) Liées aux excipients :

  • Ce médicament contient du lactose. Son utilisation est déconseillée chez les patients présentant une intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose ou du galactose (maladies héréditaires rares).

Précautions d'emploi :

  • La surveillance du traitement doit être renforcée dans les cas suivants : chez le sujet âgé présentant : une plus grande sensibilité à l'hypotension orthostatique, aux vertiges et à la sédation, br · une constipation chronique (risque d'iléus paralytique), br · une hypertrophie prostatique.
  • L'attention des sportifs est attirée sur le fait que la pseudoéphédrine peut induire une réaction positive des tests pratiqués lors des contrôles antidopage.

Grossesse : Compte tenu des données disponibles, l'utilisation de ce médicament est déconseillée au cours de la grossesse.

  • Pour la pseudoéphédrine : Il n'y a pas de données fiables de tératogenèse chez l'animal. En clinique, les études épidémiologiques n'ont pas mis en évidence d'effet malformatif lié à l'utilisation de la pseudoéphédrine. Cependant, par mesure de prudence et compte tenu des puissantes propriétés vasoconstrictives de ce médicament, son utilisation est déconseillée pendant la grossesse.
  • Pour la cétirizine : Les études effectuées chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effet tératogène. En l'absence d'effet tératogène chez l'animal, un effet malformatif dans l'espèce humaine n'est pas attendu. En effet, à ce jour, les substances responsables de malformations dans l'espèce humaine se sont révélées tératogènes chez l'animal au cours d'études bien conduites sur deux espèces. En clinique, l'utilisation de la cétirizine au cours d'un nombre limité de grossesses n'a apparemment révélé aucun effet malformatif ou foetotoxique particulier à ce jour. Toutefois des études complémentaires sont nécessaires pour évaluer les conséquences d'une exposition en cours de grossesse.
  • En conséquence, l'utilisation de la cétirizine ne doit être envisagée au cours de la grossesse que si nécessaire.

Allaitement : Compte tenu des données disponibles, l'utilisation de ce médicament est contre-indiquée au cours de l'allaitement.

  • Concernant la pseudoéphédrine : La pseudoéphédrine passe dans le lait maternel. Compte-tenu des possibles effets cardiovasculaires et neurologiques des vasoconstricteurs, la prise de ce médicament est contre-indiquée pendant l'allaitement.
  • Concernant la cétirizine : Du fait d'un faible passage dans le lait maternel, l'utilisation de la cétirizine n'est pas recommandée pendant l'allaitement.

Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines :

  • L'attention est appelée, notamment chez les conducteurs de véhicules et les utilisateurs de machines, sur les risques de somnolence attachés à l'emploi de ce médicament surtout en début de traitement.
  • Ce phénomène est accentué par la prise de boissons alcoolisées ou de médicaments contenant de l'alcool.

Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions : 

Liées à la présence de pseudoéphédrine :

1) Associations contre-indiquées (cf. Contre-indications) :

  • IMAO non sélectifs (iproniazide) : Hypertension paroxystique, hyperthermie pouvant être fatale. Du fait de la durée d'action de l'IMAO, cette interaction est encore possible 15 jours après l'arrêt de l'IMAO.
  • Autres sympathomimétiques indirects (éphédrine, méthylphénidate, phényléphrine (alias néosynéphrine), pseudoéphédrine) : Risque de vasoconstriction et/ou de crises hypertensives.
  • Sympathomimétiques alpha (voies orale et/ou nasale) (étiléfrine, midodrine, naphazoline, oxymétazoline, phényléphrine, synéphryne, tétryzolyne, tuaminohéptane, tymazoline) : Risque de vasoconstriction et/ou de poussées hypertensives.

2) Associations déconseillées (cf. Mises en garde et autres précautions particulières d'emploi) :

  • Alcaloïdes de l'ergot de seigle dopaminergiques (bromocriptine, cabergoline, lisuride, pergolide) : Risque de vasoconstriction et/ou de poussées hypertensives.
  • Alcaloïdes de l'ergot de seigle vasoconstricteurs (dihydroergotamine, ergotamine, méthylergométrine, méthysergide) : Risque de vasoconstriction et/ou de poussées hypertensives.
  • IMAO-A sélectifs (moclobémide, toloxatone) : Risque de vasoconstriction et/ou de poussées hypertensives.
  • Linézolide : Risque de vasoconstriction et/ou de poussées hypertensives.

3) Associations faisant l'objet de précautions d'emploi :

  • Anesthésiques volatils halogénés : Poussée hypertensive peropératoire.
  • En cas d'intervention programmée, il est préférable d'interrompre le traitement quelques jours avant l'intervention.

Effets indésirables : 

Réactions d'hypersensibilité liées à l'un des composants de ce médicament.

Liés à la présence de pseudoéphédrine :

  • Troubles cardiaques : Palpitations. Tachycardie. Infarctus du myocarde.
  • Troubles visuels : Crise de glaucome par fermeture de l'angle.
  • Troubles gastro-intestinaux : Sécheresse buccale. Nausées. Vomissements.
  • Troubles du système nerveux : Accidents vasculaires cérébraux hémorragiques, exceptionnellement chez des patients ayant utilisé des spécialités à base de chlorhydrate de pseudoéphédrine: ces accidents vasculaires cérébraux sont apparus lors de surdosage ou de mésusage chez des patients présentant des facteurs de risques vasculaires. Accidents vasculaires ischémiques. Céphalées. Convulsions.
  • Troubles psychiatriques : Anxiété. Agitation.
  • Troubles du comportement.  Hallucinations. Insomnie.
  • Une fièvre, un surdosage, une association médicamenteuse susceptible de diminuer le seuil épileptogène ou de favoriser un surdosage, ont souvent été retrouvés et semblent prédisposer à la survenue de tels effets (cf. Contre-indications et Mises en garde et autres précautions particulières d'emploi).
  • Troubles urinaires : Dysurie (en particulier en cas de troubles urétroprostatiques). Rétention urinaire (en particulier en cas de troubles urétroprostatiques).
  • Troubles cutanés : Sueurs. Exanthème. Prurit. Urticaire.
  • Troubles vasculaires : Hypertension (poussée hypertensive).

Liés à la présence de cétirizine :

  • possibilité de troubles digestifs, bouche sèche, vertige,
  • exceptionnellement, ont été décrits des cas de réactions allergiques à type de réactions cutanées et d'oedème de Quincke,
  • de rares cas de somnolence ont été rapportés chez certains sujets sensibles, apparaissant dès le début du traitement.
  • Au sein de chaque fréquence de groupe, les effets indésirables doivent être présentés suivant un ordre décroissant de gravité.

Surdosage : 

Lié à la cétirizine :

  • Conduite à tenir : Si le vomissement ne survient pas spontanément, il devra être provoqué. Un lavage gastrique est aussi recommandé. Un traitement symptomatique sera entrepris en milieu spécialisé. Il n'y a pas d'antidote spécifique. Il faudra toujours avoir à l'esprit la possibilité d'une multi-intoxication.

Lié à la pseudoéphédrine :

  • Symptômes : Le surdosage en pseudoéphédrine peut entraîner : accès hypertensif, troubles du rythme, convulsions, délire, hallucinations, agitation, troubles du comportement, insomnie, mydriase, accident vasculaire cérébral.

Composition de Humex Rhinite Allergique Jour Nuit Comprimés :

Comprimé jour : Chlorhydrate de pseudoéphédrine 60 mg. Excipients : Cellulose microcristalline, Hydrogénophosphate de calcium dihydraté, Amidon prégélatinisé, Silice colloïdale anhydre, Stéarate de magnésium, Opadry blanc II, (Alcool polyvinylique, Dioxyde de titane (E 171), Macrogol, Talc), qsp 1 comprimé pelliculé.

Comprimé nuit : Dichlorhydrate de cétirizine 10 mg. Excipients : Lactose monohydraté, Cellulose microcristalline, Silice colloïdale anhydre, Stéarate de magnésium, Opadry blanc OY-L-28900, (Lactose monohydraté, Dioxyde de titane (E 171), Hypromellose (E 464), Macrogol 4000), qsp 1 comprimé pelliculé.

Excipient(s) à effet notoire : lactose.

Conditionnement :

 Boite de 15 comprimés jour + 5 comprimés nuit. 3.95



Physiomer hypertonique nez format poche 25ml Physiomer Hygiène Nasale 135ml
Moyens de paiement 
Moyens de paiement en ligneMoyens de paiement standard
Livraison 
Mode de livraison
Comment commander Livraison & Frais de port Conditions générales de vente

Suivez-nous sur facebook Pharmacie Bru twitter Pharmacie Bru
Paiement en ligne Parrainez vos amis Croix pharmacie
Liens partenaires Contact Notice légale

Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER
 
Copyright@2018 Pharmacie Bru - Tous droits réservés - Pharmacie Bru 114 Boulevard Gambetta - 06000 Nice
Conception Lithium Network
Je souhaite être averti de la disponibilité de ce produit
Votre email  
Cette alerte est générée automatiquement dès que l'article est de nouveau disponible




En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies et notre politique de confidentialité
J'ACCEPTE  X